POMERIUMPROD | ONZEMARS

« Pomerium » est un terme existant depuis très longtemps mais plutôt que de vous faire un cours d’histoire sur l’antiquité (ce que vous n’espérez d’ailleurs sans doute pas trouver en cliquant sur cette cover, – qu’on appréciera certainement au passage… -), on va tout de suite aller et arriver là où somme toute, on serait parvenu… C’est-à-dire : présenter la structure PomeriumProd, créée en novembre 2003 par Dj Tearz, Tony James et KSN et plus particulièrement leur premier réel projet à savoir la compile : Onzemars.

Suite à l’introduction classique signée Dj Tearz dans laquelle sont placés quelques cuts et quelques phrases scratchées prônant un Hiphop authentique, c’est à Chakra Alpha et Dreyfuss d’introduire le concept du « 11 » comme fil conducteur de la compile par le biais de « La feinte américaine » ; un titre assez humoristique. D’ailleurs : « Fallait pas nous inviter » du groupe Asskar sur une production de Polo le sera également. Le thème à savoir ; une critique acerbe mais au second degré du projet Onzemars est original. Tandis que Kasar Al Kaid s’illustre avant tout par une très bonne entrée sur le beat, Cocktail Khollotof se met en avant grâce à un flow bien maîtrisé. Il y a donc une bonne complémentarité chez ces emcee’s ; le contraste entre leurs flows est fort intéressant. Voici quelques phrases extraites, juste pour le plaisir :

« On rap et on remballe avant que l’instru ne rende l’âme. Demain je change de numéro pour pas que ce type me rappelle. Je suis open mais quand même, pas là pour faire du social, d’habitude j’aime le challenge mais là c’est colossal. »
« Gratter un 16 en plus, c’était pas mieux une interlude ? De toute façon mon texte est moins carré que le triangle des Bermudes. »

On retrouve ensuite Matew Star et Sous-lieutenant Shérif Aswad pour : « Le onzième commandement », un titre réalisé dans un esprit critique mais cette fois non plus envers le projet mais bien envers les « wack ». Voici encore quelques phrases extraites qui vous démontreront bien que Matew Star était particulièrement en forme, notamment lors de son 3ème couplet.

« Arrête de nous griller, à faire des interviews télé, regarde toi parler, tu ne sais même pas t’exprimer. La honte je l’ai quand je dis que je fais du pera à cause de gars comme toi qui s’affichent dans des débats. »
« Tu cesseras de prétendre parler en mon nom car je ne cautionne pas tes idées vides et encore moins tes actions »

Et tant qu’on est dans les critiques et les extraits ; en voici une de Zéphir posée sur : « Onze Doigts » :

« Ca fait un laps de temps que j’ai pas check un bon album, t’en écoute un t’as écouté tout ceux de l’hexagone. Les emcee’s ont tous la même daronne car apparemment, tous ont les mêmes chromosomes. »

Ce jeune emcee de Marseille nous démontre qu’il a du talent et qu’il est à suivre de très près. Il accorde un flow très travaillé et technique à une production de Dj Tearz qui l’est d’ailleurs tout autant…

Effectivement, de la technique, la compile en regorge. On peut par exemple citer Efka qui sur une production oppressante de Sistématik fait dès le début monter la pression en crescendo. Il a la rage au mic, est bourré d’énergie et cela se sent à des kilomètres. Il en va de même pour Box sur : « Ca fait plus d’onze fois ».

On appréciera l’interlude de Dj Tearz et son effet de pause dans la succession des pistes. Elle permet aussi de passer du titre de Shaolin très mélancolique et mélodieux à des titres plus agressifs, plus hardcore. A l’image d’ «Onzemars» un égotrip de Jeff Le Nerf et TH Lonaz Dobaz faisant par moments référence au terrorisme dans son ensemble. Ou encore ceux d’Efka, de Box ou de Fat Flow Staff. Ces derniers posant leurs flows variés sur une instrumentale bien plus « bounce » que les précédentes. Ils sont bourrés d’énergie et peuvent par moments faire penser à Busta Flex… il y a de cela quelques années… Alors qu’avant, ils étaient axés essentiellement sur le flow, on ressent maintenant également une belle évolution au niveau des textes et de la technique. On appréciera aussi la fluidité des flows de V13 et notamment d’Spry sur « Loin » ou encore celui de Réel Carter sur : « Le tournoi » qui d’ailleurs – comme à son habitude – fait une bonne apparition ! Dommage que celle-ci soit un peu courte et qu’elle se termine sur une séance de dédicaces.

Le rôle de Polo et Dj Tearz n’est pas négligeable sur cette compile. On sent qu’un travail sérieux a été accompli et c’est rentable ! Dj Tearz, que ce soit lors de l’introduction ou de l’interlude, même si ces deux pistes auraient pu être plus osées, apporte quelque chose d’important. Il en est de même pour ses scratchs composant le refrain de Ghost : « Je suis ». Ces refrains vont totalement à l’encontre des actuels refrains RNBisés et qu’est ce que c’est agréable… On appréciera d’ailleurs certainement les scratch posés sur la fin de « Ca Rythme Ma Vie » de Premium. Une belle façon de clore la compile, surtout que le titre parlait des différentes disciplines du Hiphop !

Au final, cette compile sonne bien et reste cohérente malgré le grand nombre d’invités, les différents producteurs et surtout le concept n’étant pas facile à aborder. Jeu dans lequel Matew Star et Sous-lieutenant Shérif Aswad, Zéphir ou encore Da Pro de Force Pure s’en sont vraiment bien sortis. D’autres sont malheureusement restés vagues, et les textes tendent alors trop vers l’égotrip. Comme toutes les compiles, certains titres sont moins bons que d’autres mais pour tous les « nouveaux arrivants », cette compile fait office d’un très bon passeport !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*