O.C | STARCHILD

Combien cela fait-il d’année que nous n’avions pas entendu parlé d’O.C ? Un bout de temps en tout cas que le rappeur New Yorkais n’avait rien sorti. Ou en tout cas rien qui ne soit arrivé récemment à nos oreilles. Dommage du reste, car ses LPs datant du milieu des années 90 étaient parmi ce qui se faisaient de mieux.

Eh bien, prenons cet album comme un correctif qui paliera ces années d’absences. O.Crevient avec des producteurs et DJs qui montent Soul Supreme et Dj Statik Selektah et quelques inconnus comme Vanguard et The Locsmif.

Comme le nom de Soul Supreme l’indique et on peut dire qu’il l’a bien choisi, les productions sont douces comme de la soie. C’est difficile à définir mais il se dégage comme un espèce de classe, de chic de chacune de ses prods… Ce qui par ailleurs est assez étrange et paradoxal dans la mesure ou le titre de l’album « Starchild » et le visuel très futuriste nous laissaient attendre un résultat plus futuriste.

Soul Supreme travaille énormément sur les nappes, la superposition de couches musicales, pour donner un résultat parfois plus proche de la soul elle-même que du rap. Le flow d’O.C se pose aussi tranquillement sur les mélodies que les beats. On appreciera également la présence de Dj Revolution et de Dj Statik Selektah, pour la touche turntablist légère.

« Starchild » est un album que l’on apprécie sur la longueur, que l’on peut écouter comme un classique de Jazz ou de soul. Si on devait lui trouver un style, je dirais Ambient Rap, car les compétences de MCs d’O.C sont réelles. Des morceaux comme « What i am suppose to do » ou “Evaridae” en featuring avec Pharoahe Monch, le prouve.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*